La vie du Christ

l'adoration des bergers

 

 

L’Adoration des bergers concerne les bergers de Bethléem, entendu au sens propre du terme, les gardiens de troupeaux de moutons. Illuminés par la révélation céleste, et avertis par l'ange à propos du Christ sauveur et Seigneur né à Bethléem, ils rendirent visite au nouveau-né puis ils annoncèrent à tous ce qu'ils avaient vu et entendu (Wikipedia)
 Selon Saint Luc,
« Il y avait dans la contrée des bergers qui vivaient aux champs et qui veillaient à la garde de leur troupeau. L'ange du Seigneur leur apparut et  … leur dit : «…  aujourd'hui, dans la cité de David, un Sauveur est né, qui est le Messie.  … Vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche". Lorsque les anges les eurent quittés, les bergers se dirent : "Allons donc à Bethléem et voyons ce grand événement que le Seigneur nous a fait connaître."  Ils vinrent donc en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche. Et l'ayant vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit de cet enfant ; et tous ceux qui les entendirent furent émerveillés de ce que racontaient les bergers… ». 
Au delà de ce sens littéral de base, les auteurs reconnaissent un sens spirituel, mystique ou moral. Les gestes et les paroles des bergers sont mis en relation avec la foi et l'activité que les disciples de Jésus ont eues quand leur esprit fut illuminé par la révélation de la résurrection.
Les bergers de Bethléem sont l'image des bergers de l'Eglise qui annoncent à tous la révélation reçue. Certains  précisent plus en détail qui sont les bergers de l'église : les disciples de Christ, les apôtres qui annoncent l'évangile, l'apôtre Pierre, les évêques, les prêtres, les diacres ou les recteurs de monastères, les prédicateurs, les docteurs de l'église, etc
.(Wikipedia)

 


1. Aubigné Racan.  Retable de l'adoration des bergers du XVIIème siècle (sculpteur : Nicolas Bouteiller). Il représente la scène où les bergers, ayant été avertis de la naissance du Christ dans une étable de Bethléem, viennent lui apporter des présents (fruits, agneau, oiseaux et cruche) afin de lui montrer leur attachement. Tous vêtus de blanc, ils entourent le Christ, veillé par Marie et Joseph. Dans le ciel, un ange brandit un phylactère sur lequel est inscrit " Gloria excelsis Deo".  Sur le côté, deux anges 8 et 9 maintiennent un rideau et dévoilent la scène. L'ensemble est surmonté d'une couronne et d'une colombe, symbole de l'Esprit-Saint. Église Saint Martin de Vertou des XIIème, XVIème et XIXème siècles, la nef romane et le clocher (sur la face nord) étant du XIIème siècle.
2. Bazouges sur le Loir. 
Tableau de l'Adoration des bergers (XVIIIème siècle). Église Saint Aubin
3. Coulombiers. Vitrail de Adoration des bergers de 1929, de style néogothique. Église Notre Dame, d'origine romane et souvent remaniée.
4. La Bruère sur le Loir. Vitraux de 1575 comportant des représentations d’épisodes du Nouveau Testament : scènes de l’Annonciation et de la Visitation, l’Adoration des bergers ou la Nativité, Jésus au milieu des docteurs et l’Entrée à Jérusalem. Église Saint Martin de Tours, reconstruite au XIème siècle après les invasions normandes.
5. Duneau. Les retables des chapelles représentent l'Adoration des bergers et la Stigmatisation de Saint François d’Assise, ceux de la nef le Baptême du Christ et Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob. Église Sainte Julithe et Saint Cyr fondée au XIème siècle, construite dans le style roman
6. La Flèche. Adoration des bergers, moulage  du XIXème siècle (l'original en terre cuite du XVIIIème siècle ayant disparu). Plâtre polychrome réalisé par le sculpteur Pecquet, d'après un original en terre cuite du XVIIIème siècle aujourd’hui disparu. Les personnages sont en plâtre. Les houlettes des bergers sont en bois. Chapelle Notre-Dame des Vertus
7. Meurcé. l'Adoration des mages et l'Annonce aux bergers en bois, du XVème siècle. Église Notre Dame (XIIème au XVIIème siècle)
8 et 9. Moncé en Saosnois. L'adoration des bergers de Coeffeteau (1719).  Église Saint Pierre Saint Paul (XIIème au XXème siècle), de style roman, se composant à l’origine d’une nef unique prolongée par une abside

 

1. Neuvy en Champagne. Bas-relief du  l'adoration des bergers (vue d'ensemble), dans le transept latéral sud (XVIème siècle). Le fond de paysage et les décors d'architecture sont en bas-reliefs, les bergers et animaux en demi-relief et les principaux personnages de la Nativité sont en haut-relief. Le relief est inséré dans le mur dans un renfoncement rectangulaire, dont l'encadrement est souligné par un corps de moulure en calcaire. La polychromie date sans doute du XIXème siècle. La réparation de la couche de l'Enfant est sans doute récente.  Église Saint Julien le pauvre
2. Neuvy en ChampagneBas-relief du  l'adoration des bergers (partie gauche).
3. Neuvy en ChampagneBas-relief du  l'adoration des bergers (partie droite)
4. Parcé sur Sarthe. Tableau ancien des XVIème et XVIIème siècles, l'Adoration des bergers. Église Saint Martin du XIème siècle, remaniée au XVIème siècle, en majeure partie reconstruite de 1875 à 1909
5. Sablé. Vitrail de l'Annonce aux bergers. Notre Dame en l’Île, église de 1895
6. Saint Calais. Vitrail de l'Adoration des bergers du XIXème siècle. Église Notre Dame de 1425
7. Savigné l'EvêqueTerre cuite polychrome de l'adoration des bergers (XVIIème siècle).Cette crèche se trouve dans le transept gauche de l'église. Les huit personnages sont disposés sous un baldaquin néo-gothique datant de la fin du XIXème siècle. Au centre, l'Enfant Jésus adopte une attitude avantageuse, malgré sa nudité. Cette Nativité proviendrait de La Perrigne, une abbaye proche située sur le territoire de saint CorneilleÉglise Saint Germain
8. Ségrie. Adoration des bergers de 1876-78. Église Notre Dame du début XIIème siècle, avec sa tour en bâtière et de gros contreforts en roussard
9. Vion. L'adoration des bergers du XVIIème siècle. Église Saint Aubin de 1870, de style néogothique